GAAMAC Events MY GAAMAC

Technologie et discours de haine : ami ou ennemi ?

L'Institut d'études sur le génocide et les droits de l'homme de Montréal et l'Action mondiale contre les crimes de masse (GAAMAC) ont le plaisir de vous inviter à la deuxième session de "Decrypter le discours de haine", une série de quatre conversations en ligne de haut niveau réunissant des voix de premier plan pour discuter des liens entre les discours de haine, la technologie et la prévention des atrocités.

Il y a dix ans, les médias sociaux étaient des agents de changement positif, permettant aux mouvements démocratiques, donnant accès à de nouvelles connaissances et donnant du pouvoir aux individus et aux communautés dans le monde entier. Toutefois, en révolutionnant notre façon de communiquer et d'interagir, l'internet et les médias sociaux ont également considérablement amplifié la montée des discours de haine et la polarisation que nous avons constatée ces dernières années.

L'histoire a montré que le discours de haine précède souvent la perpétration de graves violations des droits de l'homme et d'atrocités. Les discours de haine en ligne et l'utilisation des médias sociaux à des fins militaires ont eu des effets violents dans des endroits tels que le Myanmar et le Sri Lanka, l'Europe de l'Est, la Syrie et même Charleston aux États-Unis. Les réactions nationales et internationales à ce phénomène mondial ont été inégales. Certains gouvernements hésitent à réglementer la liberté d'expression, tandis que des gouvernements à tendance autoritaire ont imposé des règles aux médias sociaux pour réprimer les militants et les journalistes.

Les grandes entreprises technologiques, quant à elles, n'ont pas admis les défauts inhérents à leurs plateformes et modèles commerciaux qui encouragent l'indignation et les discours de haine, radicalisent les opinions et favorisent l'extrémisme et la polarisation. Elles ont abdiqué leur responsabilité pour les activités malveillantes sur les médias sociaux qui ont déjà affecté la vie des gens et le destin des nations. Leurs intérêts commerciaux sont actuellement incompatibles avec les valeurs démocratiques et le respect des droits de l'homme. Bien que certaines mesures aient été prises, elles restent opaques, fragmentées et incohérentes.

La deuxième session de la série "Décrypter le discours de haine" abordera la complexité de ce phénomène des médias sociaux avec une approche informée et multipartite afin de prévenir les effets néfastes des Big Tech sur les droits de l'homme, et de développer des stratégies pour faire fonctionner les technologies au profit de nos sociétés.

INSCRIVEZ-VOUS ICI !

Modérateur:

  • Kyle Matthews, directeur exécutif de l'Institut montréalais d'études sur le génocide et les droits de l'homme (MIGS)

Intervenants:

  • Meetali Jain, conseiller juridique chez Avaaz et avocat international spécialisé dans les droits de l'homme
  • Savita Pawnday, directrice exécutive adjointe du Centre mondial pour la responsabilité de protéger
  • Christopher Tuckwood, directeur exécutif du projet Sentinel

Lisez la note de synthèse.