GAAMAC Events MY GAAMAC

GAAMAC participe à la réunion intersessions du Conseil des droits de l'homme sur la prévention des génocides

17 févr. 2021 14:33

Le 10 février 2021, le Conseil des droits de l'homme a convoqué une réunion intersessions d'une journée sur la "prévention du génocide" à Genève (et en ligne) afin de réunir "les États, les mécanismes des Nations Unies et les mécanismes régionaux des droits de l'homme concernés, les organismes, fonds et programmes des Nations Unies, les institutions nationales des droits de l'homme et d'autres parties prenantes, y compris des experts universitaires et des organisations de la société civile", comme le demandait le Conseil dans sa résolution 43/29 adoptée le 29 juin 2020.

La réunion a consisté en un dialogue sur la coopération en matière de renforcement des capacités pour la prévention du génocide en vue de partager les bonnes pratiques, les réalisations, les défis et les enseignements tirés. Plusieurs membres de la communauté GAAMAC ont participé à la réunion de différentes manières, notamment la présidente de GAAMAC, Silvia Fernández de Gurmendi, les membres du groupe de pilotage de GAAMAC, ainsi que les partenaires de GAAMAC et les membres du groupe de travail Afrique.

Lors de la première session sur le "Renforcement des capacités nationales pour la prévention du génocide", le Danemark a fait une déclaration commune au nom de l'Argentine, du Costa Rica et de la Suisse en tant que membres du groupe de pilotage de GAAMAC. Le rôle de GAAMAC en tant qu'espace unique "pour interagir et produire de nouvelles idées qui aident à générer des initiatives concrètes dans le domaine de la prévention des atrocités" a été souligné, ainsi que le rôle crucial du Conseil des droits de l'homme et de ses mécanismes dans la prévention des violations des droits de l'homme.

La déclaration se termine par une invitation aux autres gouvernements à se joindre "au renforcement des architectures nationales pour prévenir les crimes d'atrocité : établir ou renforcer un mécanisme national, nommer un point focal pour la responsabilité de protéger ou devenir un partenaire de GAAMAC". Le premier panel comprenait des remarques de la juge Jamila Mohamed, membre du groupe de travail Afrique, président du comité national sur la prévention du génocide au Kenya, et de Mme Velma Saric, présidente du centre de recherche post-conflit, partenaire de GAAMAC.

"En se concentrant sur la prévention comme une entreprise permanente, GAAMAC cherche à contribuer à passer d'une culture de réaction à une culture de prévention" - Juge Silvia Fernández de Gurmendi, Présidente de GAAMAC

La deuxième session sur la "Promotion de la participation des États aux initiatives régionales et sous-régionales pour la prévention du génocide" a été modérée par la juge Silvia Fernández de Gurmendi, présidente de GAAMAC. Dans son introduction, elle a donné l'exemple des initiatives régionales de GAAMAC en Afrique, aux Amériques et en Asie-Pacifique, qui "complètent et soutiennent les efforts de prévention déployés par les mécanismes régionaux existants".

Lors de la table ronde, Mme Julissa Mantilla, commissaire, Commission interaméricaine des droits de l'homme, Organisation des États américains ; Mme Yuyun Wahyuningrum, représentante de l'Indonésie, Commission intergouvernementale des droits de l'homme de l'ANASE ; et Mme Kristin de Peyron, directrice, directrice générale adjointe, Droits de l'homme, questions mondiales et multilatérales, Service européen pour l'action extérieure, ont rappelé entre autres l'importance de la mémoire, de la justice transitionnelle et de la lutte contre les précurseurs de la violence tels que la nécessité de lutter contre l'intolérance et les discours de haine. "La prévention doit commencer chez soi et c'est aussi la responsabilité de la communauté dans son ensemble", a conclu le juge Fernández.