GAAMAC Events MY GAAMAC

Technologie, discours de haine et prévention des atrocités : 12 principaux points à retenir

21 janv. 2021 10:47

Quels sont les liens entre la technologie, les discours de haine et la prévention des atrocités ? C'est la question principale que les experts en prévention des atrocités ont explorée dans la série en ligne "Décrypter les discours de haine" lancée le 1er septembre 2020 par l'Institut d'études sur le génocide et les droits de l'homme de Montréal avec le soutien de GAAMAC.

Cette série visait à améliorer la compréhension et la sensibilisation aux discours haineux en ligne au sein de la communauté de la prévention des atrocités et au-delà, dans la perspective de la réunion mondiale de GAAMAC - GAAMAC IV - en novembre 2021. 15 intervenants et plus de 200 participants en direct issus d'États, de la société civile et d'organisations internationales se sont réunis au cours de quatre événements en ligne pour identifier les défis, partager les bonnes pratiques et les recommandations, et discuter des mesures concrètes qui peuvent être prises pour contrer la montée des discours de haine en ligne et prévenir les atrocités.

Ce sont là quelques-unes des principales conclusions des discussions.

1. Le discours de haine est un précurseur des atrocités de masse. C'est un problème mondial et de nombreux exemples (Holocauste, Srebrenica, Rwanda, Myanmar, Cameroun, Sud-Soudan, Burundi, États-Unis, Europe, etc.) ont montré qu'aucune société n'est à l'abri. Les discours de haine ne concernent pas seulement des individus, mais peuvent également être le résultat d'un discours organisé diffusé par des partis et des dirigeants politiques à des fins politiques.

"Le discours de haine est un indicateur de problèmes plus graves que traversent nos sociétés et qui peuvent conduire à la violence et, dans des cas extrêmes, le discours de haine peut être un précurseur du risque de crimes d'atrocité". Castro Wesamba, chef de bureau, Bureau des Nations Unies pour la prévention du génocide et la responsabilité de protéger

2. La COVID-19 a apporté une nouvelle dimension de méfiance dans les communautés. Une tension accrue peut devenir un terreau fertile pour les discours de haine. La pandémie a contribué à normaliser les messages d'intolérance et les contenus hostiles en ligne.

"Plus les discours de haine sont utilisés par les dirigeants politiques et religieux, plus ils s'intègrent au courant dominant et créent un environnement permissif et toxique où les appels à la violence contre les groupes haïs se normalisent" Savita Pawnday, directrice exécutive adjointe du Centre mondial pour la responsabilité de protéger

3. Nous devons comprendre les définitions et les concepts. Il n'existe pas de définition légale du discours de haine en droit international et des différences existent dans les législations nationales. Le discours de haine peut dégénérer en incitation à la violence qui est clairement définie et interdite par le droit international. Il est nécessaire d'avoir une compréhension commune des concepts de discours de haine, de désinformation, de discours dangereux, etc. dans le cadre du droit international. La stratégie et le plan d'action des Nations Unies sur le discours de haine tentent de fournir des lignes directrices comme paramètres de ce qui constitue un discours de haine.

"Les discours de haine chargent l'arme mais la désinformation appuie sur la gâchette" Christopher Tuckwood, directeur exécutif du projet Sentinel

  1. La technologie peut être utilisée comme arme. La principale différence entre les discours de haine en ligne et hors ligne est la portée et l'ampleur que les plateformes de médias sociaux offrent. Un individu peut être non seulement un consommateur mais aussi un producteur (anonyme) de contenu dangereux ayant une plus grande portée. Il peut devenir un problème transnational où il n'y a pas de frontières et où la désinformation peut être amplifiée par les médias sociaux pour polariser d'autres pays.

"Nous sommes à une époque révolutionnaire parce que nous voyons une toute nouvelle série d'armes. (...) nous avons besoin de toute urgence d'un mouvement mondial pour mettre fin à cela". Lieutenant-général Roméo Dallaire, fondateur de l'Initiative des enfants soldats et membre distingué du MIGS

5. La haine en ligne a conduit à la violence hors ligne au Myanmar : La mission internationale indépendante d'enquête sur le Myanmar, mise en place par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, a reconnu que Facebook a joué un "rôle déterminant" dans la diffusion de discours de haine qui a conduit à la persécution des Rohingyas. Cela inclut la propagation de récits sexistes sur la reproduction des Rohingyas dans les messages Facebook qui ont semé des formes spécifiques de violence contre les femmes et les filles.

"En définissant le Rohingya comme un ennemi qui menace de surpeupler le Myanmar, le discours de haine dominant sur Facebook a fourni un cadre qui fait des attaques sexuelles et sexistes contre les Rohingya une conséquence du problème tel que ce discours de haine le définit". Grant Shubin, directeur juridique du Global Justice Center

6. La technologie peut être un amplificateur de contre-indications. Les outils en ligne peuvent également être utilisés pour vérifier les faits afin de contrer les discours de haine et les effets néfastes de la désinformation. Les campagnes en ligne pour lutter contre la haine, les outils de vérification des faits, les rapports d'enquête solides, les récits de survivants de discours haineux sont quelques exemples de la manière de développer des contre-messages. La technologie peut également être utilisée pour surveiller les discours de haine en tant qu'indicateur d'alerte précoce.

"La meilleure approche consiste à envisager des contre-messages efficaces. Bien que ce soit un processus plus lent, nous devons trouver des moyens de faire participer la majorité des gens à ce genre de choses plutôt que de pousser l'extrémisme plus loin". - Meetali Jain, directrice juridique d'Avaaz et avocate international spécialisée dans les droits de l'homme

7. L'autorégulation par les grandes entreprises technologiques n'est pas suffisante. Bien qu'elles soient soumises à une pression croissante et qu'elles aient reconnu l'existence d'un problème, les entreprises de haute technologie ne sont pas correctement équipées pour détecter et signaler les discours de haine spécifiques au contexte. Les plateformes de médias sociaux doivent adapter leurs politiques en fonction des normes internationales et les faire appliquer avant qu'il n'y ait un risque sérieux d'atrocités de masse. Il est également important de s'engager avec le secteur technologique afin de mieux comprendre le fonctionnement des plateformes, les politiques de régulation possibles et les technologies émergentes.

"La communauté de prévention des atrocités doit commencer à être opérationnelle et être plus tournée vers l'avenir : ne pas être réactive mais proactive". - Kyle Matthews, directeur exécutif de l'Institut d'études sur le génocide et les droits de l'homme de Montréal (IEGM)

8. La surveillance des médias sociaux pour détecter les discours de haine et les incitations à la haine a contribué à réduire la violence dans certains pays pendant les élections. Cependant, les droits de l'homme, tels que le droit à la liberté d'expression, devraient toujours être respectés dans la lutte contre les discours de haine. Dans certains cas, la fermeture des médias et des médias sociaux a suscité des inquiétudes quant au risque de limiter la liberté d'expression et les médias. La censure n'est pas toujours la meilleure réponse et peut accroître la polarisation.

"En Afrique, l'expérience du Rwanda façonne les décisions et les cadres établis, quels qu'ils soient, afin que plus jamais nous ne soyons témoins d'un génocide sur notre continent". - Amb. Liberata Mulamula, marraine du groupe de travail Afrique de GAAMAC

9. Il est nécessaire d'adopter une approche holistique et de partager les responsabilités. L'État est le principal responsable, mais pas le seul. Pour aborder et combattre les discours de haine, il est nécessaire de s'engager auprès de diverses parties prenantes : organisations internationales et régionales, secteur privé, médias, associations sportives, société civile, individus, etc.

"En tant que plateforme d'échange d'informations et d'expériences, [GAAMAC] peut aider, par le biais de réunions et d'activités mondiales comme celle d'aujourd'hui, à mettre en place le travail de collaboration nécessaire et à mettre en relation les connaissances, les expériences et les réussites avec d'autres personnes qui peuvent être issues d'un pays dont la situation peut nécessiter l'accès à toutes ces connaissances". - Amb. Shara Duncan, Représentante permanente adjointe, Mission permanente de la République du Costa Rica auprès de l'Office des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève

10. L'inclusion est la clé. Il est essentiel d'inclure les femmes, les jeunes et les victimes de la haine dans la voie du partage de messages de paix positifs. En tant que natifs du numérique, les jeunes promoteurs de la paix et les influenceurs savent comment parler à leurs pairs dans leur langue et développer des outils efficaces pour combattre la haine.

"La construction de sociétés pacifiques passe par l'inclusion. Nous ne pouvons pas nous attaquer aux discours de haine et à leurs causes profondes de manière durable si nous continuons à avoir des sociétés où certains se sentent exclus et frustrés". - Amb. Shara Duncan

11. L'éducation est essentielle pour lutter contre les discours de haine. Cela comprend l'éducation formelle et non formelle, comme la formation, les ateliers, les campagnes en ligne, etc. La lutte contre les discours de haine en ligne nécessite le renforcement de la culture numérique et médiatique, l'éducation à la politique identitaire et aux minorités et le renforcement des capacités en matière de paix et de prévention des conflits. La lutte contre les discours haineux en ligne nécessite le renforcement de la culture numérique et médiatique, l'éducation à la politique identitaire et aux minorités et le renforcement des capacités en matière de paix et de prévention des conflits. Les États devraient disposer d'un système éducatif fondé sur les droits de l'homme. Dans certains pays, cela nécessiterait une réforme de l'ensemble du système éducatif pour lutter contre la violence structurelle à l'encontre des minorités.

"Il est très urgent d'investir dans l'éducation des personnes et dans le développement de la résilience et de la responsabilité civique dans la société". Katarzyna Gardapkhadze, responsable du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme de l'OSCE

12. La responsabilité est essentielle pour lutter contre l'impunité. Les États doivent mettre en place les architectures et les mécanismes appropriés pour un impact plus efficace au niveau national. Dans le cas du Myanmar, la prévention de la violence fondée sur le sexe nécessiterait la mise à jour du cadre juridique général pour refléter l'égalité des sexes et l'adoption d'une loi pour la prévention de la violence contre les femmes.

VOIR LA SÉRIE


Si vous souhaitez poursuivre la conversation sur ce sujet sur notre plateforme en ligne, contactez : contact@gaamac.org.